Accueil du site  >  Publications  >  Regards croisés  >  Regards croisés n°10  >  2.articles

Regards croisés n°10

pourquoi ce dossier

Pourquoi parler du racisme et de l’antisémitisme aujourd’hui ?

Nous avons dans un dossier antérieur (Nouveaux regards 35) traqué les idées reçues sur l’immigration. Mais la publication au printemps 2014 du rapport de la Commission nationale consultative des droits de l’homme sur le racisme, l’antisémitisme et la xénophobie nous invite à poursuivre le travail commencé dans le dossier sur l’extrême droite (Regards croisés n° 7), en montrant comment l’analyse de l’antisémitisme permet de débusquer tous les racismes.

Comme le disent Christine Lazerges et Nonna Mayer, la situation est complexe. La crise donne des coups de boutoir dans les solidarités, et l’indice de tolérance baisse pour la quatrième année consécutive. Si l’antisémitisme devient un mystère pour la grande majorité des Français, il reste d’une très vive actualité pour deux franges de la population, les jeunes issus de l’immigration et l’extrême-droite. Le politologue belge Edouard Delruelle montre que moins une société forme un monde commun, car désagrégée par la concurrence et les inégalités, plus l’individu aura tendance à se tourner vers des identifications négatives et exclusives.

Nous essaierons de dégager les racines historiques de l’antisémitisme d’extrême droite. Nous verrons avec Jean-Paul Gautier la façon dont l’idéologie d’extrême droite est constamment tissée d’antisémitisme. Jean Baubérot éclairera le lien oublié entre antisémitisme et antiprotestantisme. Stéphane François précisera les formes et les sources de cet antisémitisme. Enfin, André Déchot montrera comment des mouvements de colère et de désobéissance ont été instrumentalisés pour servir de vecteurs à une idéologie qui a pour ennemis la République, les Lumières et, de ce fait, l’Education nationale.

Commander ce numéro

Envoyer à un ami