Si cet email ne s'affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page.
Lettre électronique Juin 2 2020
  A LA UNE
 

"J’ai dormi en prison" FARIDA Infirmière

Le 16 mai, cette infirmière (17 ans de service public) qui revendique de n’avoir fait, malgré tout, comme les autres, que son travail, va manifester pour "qu’on puisse soigner les gens dans de bonnes conditions". Elle est gazée, puis violemment interpellée après un jet de cailloux. Menottée pendant 8 heures à un banc dans un commissariat, elle dormira dans une cellule avant d’être libérée. "Là bas si j’y suis", a réalisé un interview. Il faut absolument écouter la dignité avec laquelle elle parle de son travail, de sa colère, des forces de l’ordre, parce que la parole d’une "invisible", au plus près des réalités de la santé, est rare et plus instructive que les photos et beaucoup de discours.

 

J’étouffe par Raoul Peck

Ce matin en me levant, j’étais déjà brisé. Il y a eu tant de matins comme celui-là.
Et chacun de ces matins laisse des traces. Des traces qui s’accumulent. Puis, ces cauchemars en sommeil, qui reviennent à chaque déflagration.
Ce qui se passe en ce moment aux États-Unis me trouble à la nausée. Ce n’est cependant pas de l’Amérique dont je désire vous parler. Mais de la France.
Par quelle extraordinaire magie celle-ci pourrait-elle rester en dehors de ce grand déballage ?

 

Peut-on abolir la police ? La question fait débat aux États-Unis

Depuis le décès de George Floyd le 25 mai à Minneapolis, les protestations contre les violences policières aux États-Unis ont pris une ampleur historique. Elles secouent le pays et trouvent un écho dans le monde entier, comme en France où la manifestation du 2 juin, à l’appel du comité Vérité pour Adama, ce jeune homme mort en 2016 après une interpellation par les gendarmes, a connu une affluence sans précédent.
Les manifestations aux États-Unis, qui dénonçaient initialement le caractère violent et raciste de la police, ont fait émerger un large mouvement en faveur de la réduction des budgets et du champ d’action de la police.

 

Police, violences et racisme : ce qu’en disent les Français

Le sondage Ifop-Fiducial pour CNews et Sud Radio a interrogé les Français sur leurs relations à la police, aux violences et au racisme.
Concernant le sentiment spontané des Français à l’égard de la police et des forces de l’ordre, la confiance apparait comme le plus important avec 46% de citations (plus 9 points par rapport à mai 2020). Vient ensuite l’inquiétude pour 22% des Français, la sympathie pour 18% et l’hostilité pour 7% d’entre eux.
Ne ratez pas le débat live du SNUITAM FSU lundi 29 juin à 18H - voir agenda.

  L’INSTITUT
 

Soutenir l’action syndicale par la recherche et sa diffusion

Il y eut un temps, dans les premières semaines de la crise sanitaire, où d’aucuns pensèrent qu’elle allait administrer la preuve du besoin absolu de service public.
Elle mettrait en évidence, pouvait-on penser, que l’égalité et la solidarité fondées sur l’action publique relevaient d’une nécessité incontournable, d’une évidence enfin perceptible.
Nous louâmes l’héroïsme des soignants, nous nous réjouîmes de la disponibilité des fonctionnaires territoriaux, nous constatâmes avec satisfaction que l’école accueillait les enfants dont les parents avaient un travail indispensable au traitement de la crise.

Lire la suite
 

Inégalités Femmes/Hommes, après le confinement encore la LPPR ?

Adresse à Sylvie Retailleau (Présidente de l’Université Paris Saclay) et Antoine Petit (Président directeur général du CNRS).
Les deux mois de confinement dus à la pandémie du COVID-19 ont vu l’exacerbation brutale des discriminations, et violences envers les femmes. Concernant l’enseignement supérieur et la recherche (ESR), des éditeurs, des associations etdes tribunes ont alerté sur la dégradation spécifique des conditions de travail des femmes scientifiques et ses prévisibles conséquences négatives sur leur avenir et leurs carrières, notamment pour les plus jeunes et les plus précaires.

Lire la suite
 

Petit journal d’un confiné. À la rencontre de l’activité humaine

Mais qu’est-ce qui me passe par la tête, pour que je me mette à écrire un journal intime ?
Sans doute la peur. Pas la peur de ce terrible virus parti de Chine pour envahir la planète, au tournant des années 2019-2020. Non, mais la peur que cette aventure extraordinaire de la lutte contre la pandémie de la Covid-19 ne laisse aucune trace, alors qu’elle a marqué ma vie en profondeur. Et qu’elle fait bifurquer le cours de la vie de l’humanité.
Lecteur, lectrice, je te laisse apprécier si j’ai bien fait de perdre mon temps de retraité confiné dans sa résidence de Fresne (Val de Marne).

Lire la suite
  ON A VU
 

L’avenir est public. Vers la propriété démocratique des S.P.

La résistance à la privatisation a donné naissance à un puissant moteur de changement : la (re)municipalisation, c’est-à-dire la reconquête de la propriété et de la gestion publiques des services ainsi que la création de nouveaux services publics. Ces dernières années, le Transnational Institute et ses partenaires ont identifié plus de 1 400 cas de (re)municipalisations réussies impliquant plus de 2 400 villes dans 58 pays à travers le monde.

Lire la suite
 

Les lents demains qui chantent

"« Demain est un autre jour », « il y aura un avant et un après » : notre goût pour les lapalissades temporelles est indémodable. Tout comme le rêve de table rase qui les alimente. Que nous dit cette paradoxale nostalgie d’un futur rayonnant, forgé dans le feu des crises ? L’espoir du renouveau est-il la marque des esprits vivaces, qui savent faire bon usage d’une mauvaise fortune et voient la possibilité d’un changement radical là où tout ne semble qu’adversité ? Ou bien cette promesse de l’aube épinglée à l’horizon indéfini n’est-elle que l’un des nombreux visages qu’adopte, au fil des soubresauts de l’histoire et de la nature, le fantasme fécond et fatal du Grand Soir ?
De MARYLIN MAESO

Lire la suite
 

SOS Ecole Université

Depuis une décennie, enseignant·es, publics, citoyen·nes sont confronté·es à une avalanche de contre-réformes qui, à défaut de légitimité, sont souvent imposées par la force. Il devient urgent de résister à cette « culture de la violence instituée », et à la sélection sociale qui en est une motivation et qui conduit au sacrifice des nouvelles générations.

Lire la suite
  AGENDA
 
Lundi 29 juin 18h-19h30

Quelle police pour quelle société ? Débat live du SNUITAM FSU

  PUBLICATIONS
 

Regards Croisés N°34

DOSSIER SPECIAL
Le syndicalisme et le mouvement social au XXIè siècle
GRAND ENTRETIEN
Danielle Tartakovski

Lire la suite
 

N’attendons pas la fin du monde. Christian Laval et Francis Vergne coord

Un grand doute s’abat sur la société : il ne serait plus possible de renverser le capitalisme. Et d’ailleurs par quoi le remplacer, avec quelles forces ? Si la course contre la montre a commencé, la tâche n’est-elle pas d’ores et déjà insurmontable ? Ce fatalisme est l’arme de l’adversaire.
Il n’y a pour le combattre qu’une seule voie : édifier des alternatives, construire un autre imaginaire, réunir des forces qui travaillent à l’invention d’un nouvel avenir possible.
Le PDF est offert ci-dessous par l’institu
Lire la suite

Lire la suite
IR-FSU Pour vous désabonner, cliquez ici