Si cet email ne s'affiche pas correctement, vous pouvez consulter directement la page.
Lettre électronique Oct. 20
  A LA UNE
 

De l’usage de la violence d’Etat

Comme le souligne l’éditorial de Paul Devin la question des « violences policières » est devenue une préoccupation importante pour tous ceux qui se préoccupent de nos droits et libertés. Elle nécessite d’en débattre en s’appuyant notamment sur les analyses de chercheurs. Dans cette perspective Gérard Aschieri, ex président de l’IR-FSU, Rédacteur en chef de la revue de la LDH nous propose deux articles.
Le premier de Sebastian ROCHE, directeur de recherche au CNRS est paru dans le numéro 190 de Juin 2020.
"Dès que des chocs importants perturbent les systèmes politiques, la nature du pouvoir se révèle rapidement : la contrainte et la violence sont des outils disponibles. C’est ainsi que la crise des « gilets jaunes » a donné à voir une certaine conception française du maintien de l’ordre et de l’usage de cette violence légale."

 

Violences policières : la rupture du contrat tacite

Le second, paru dans le dernier numéro de Hommes & Libertés N° 191 de Septembre 2020 est de Christian MOUHANNA, chargé de recherches au CNrS-Cesdip (Centre de recherche sociologique sur le droit et les institutions pénales).
Le « traitement » des dernières manifestations en France s’est traduit par un accroissement significatif de la répression, rompant avec une tradition visant au contraire sa limitation au strict nécessaire. La violence de certains manifestants n’est pas la seule cause de cette évolution.
« La violence policière s’inscrit dans une volonté d’imposer les décisions gouvernementales en abolissant le contrepouvoir de la rue, devenu d’autant plus insupportable qu’il a, notamment à travers les manifestations des “gilets jaunes” ou contre les retraites, acquis une certaine aura. »

 

"Le sondage à gros seins" par Sonia Deviller

Un sondage sur la tenue des filles, commandé par le magazine "Marianne" et réalisé par l’Ifop, a mis le feu aux poudres.
Ecouter Sonia Deviller
Première proposition : "Un haut sans soutien-gorge au travers duquel la pointe des tétons est visible". C’était pour évoquer le mouvement "No Bra" se défend l’Ifop…
Faut voir, aussi, les pictogrammes ajoutés par l’institut pour agrémenter sa présentation. Des bustes féminins sans bras ni tête, mais affublés d’énormes nibards qui débordent du mini morceau de tissu censé correspondre à la ligne "un tee-shirt laissant apparaître le nombril". Quant à la ligne "un haut avec décolleté plongeant", elle est affublée de rotoplos felliniens recouverts au mieux de petites coques. On ne peut pas parler ici de décolleté plongeant, vu qu’on ne peut pas parler de décolleté, vu qu’on ne peut même pas parler de col. La fille est toute nue.

  L’INSTITUT
 

Le maintien de l’ordre est un choix politique.

Amnesty International publie en cette fin septembre 2020, les résultats d’une enquête [2] sur les arrestations arbitraires et les poursuites en justice de manifestants n’ayant commis aucune infraction, aucun délit. Au-delà des effets dissuasifs des stratégies dures de maintien de l’ordre qui pouvaient déjà nourrir la crainte d’aller manifester, le droit à la manifestation est clairement menacé désormais par une instrumentalisation de supposés délits qui conduit à multiplier les verbalisations, arrestations, gardes à vue et poursuites pénales.

Lire la suite
 

L’égalité entre les femmes et les hommes : un impensé du projet de loi de programmation pluriannuelle de la recherche ?

Alors que le projet de loi de programmation pluriannuelle de recherche 2021-2030 est discuté à l’Assemblée nationale, le Haut Conseil à l’Égalité entre les femmes et les hommes (HCE) a organisé une table ronde, le 10 septembre, avec des chercheur et chercheuses spécialistes du genre afin de pouvoir contribuer aux débats tant publics que parlementaires.

Lire la suite
 

Vers une politique de la relation - Patrick CHAMOISEAU

Ll’invité du grand entretien du dernier numéro de Regards Croisés est Patrick Chamoiseau. il a été réalisé par Godefroy Guibert,
Nous sommes heureux et fiers de vous l’offrir. Il est, dans la période difficile que nous vivons, un grand moment d’intelligence et de poésie.

Lire la suite
  ON A VU
 

Du cap aux grèves. Récit d’une mobilisation 17 novembre 2018 – 17 mars 2020 Barbara Stiegler

Elle n’est pas passée inaperçue aux oreilles de certains. En pleine mobilisation contre la réforme des retraites, l’hiver dernier, Barbara Stiegler, intervenant sur une chaîne de radio, témoignait de la mobilisation de son université à Bordeaux, à laquelle elle participait, et annonçait un printemps très chaud. Son ton, quasi prophétique, n’était pas forcément celui que l’on attend d’une professeure de philosophie, directrice du master « Soin, éthique et santé ».

Lire la suite
 

La guerre sociale en France

Par Romaric Godin
La tentation d’un pouvoir autoritaire dans la France de 2019 trouve ses racines dans le projet économique du candidat Macron.
Depuis des décennies, la pensée néolibérale mène une guerre larvée contre le modèle social français de l’après-guerre. La résistance d’une population refusant des politiques en faveur du capital a abouti à un modèle mixte, intégrant des éléments néolibéraux plus modérés qu’ailleurs, et au maintien de plus en plus précaire d’un compromis social. À partir de la crise de 2008, l’offensive néolibérale s’est radicalisée, dans un rejet complet de tout équilibre.

Lire la suite
 

L’apprentissage et l’enseignement professionnel en images

La revue Images du Travail, Travail des Images, entend rassembler chercheurs et professionnels autour d’hypothèses de travail communes. Il s’agira dans un premier temps de rendre compte de l’actualité de la recherche et des productions dans le champ, et d’offrir un espace de débat autour de ces questions.
Le N°9 traite de l’enseignement professionnel. Nous avons retenu le grand entretien : Penser les relations entre éducation et travail, l’expérience de Lucie Tanguy

Lire la suite
  AGENDA
 
15 et 16 octobre

colloque « Féminismes Matérialistes : Héritages épistémologiques et politiques, Réappropriations contemporaines » à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Campus de Port Royal (Lourcine), salle 13

 
28 et 29 Novembre

26e université d’automne : sciences, confiance et démocratie En collaboration avec La Vie de la recherche scientifique, à l’Espace Reuilly, 1 rue Riesener, 75012 Paris (métro Montgallet ou Dugommier)

  PUBLICATIONS
 

Regards Croisés N°35

DOSSIER
CONTRIBUER A LA PRISE DE CONSCIENCE
Grand entretien
Patrick Chamoiseau

Lire la suite
 

Pourquoi joindre l’inutile au désagréable ?

Après "Manager ou servir" voilà un livre qui décrypte avec précision et humour les dogmes du nouveau management public et ses effets sur le travail
Un ouvrage qui se nourrit de nombreux témoignages d’agent.es de la fonction publique

Lire la suite
IR-FSU Pour vous désabonner, cliquez ici