Accueil du chantier
Politiques de Sécurité Publiques

Politiques de Sécurité Publiques

La question de la sécurité, et inversement de l’insécurité, a pris une place prépondérante dans le discours politique comme dans la société civile. La possibilité du vivre ensemble reposant sur un pacte de non agression qui est aujourd’hui largement malmené. Nous savons que la violence peut prendre des biais multiples qui ne sont pas ceux seulement de la délinquance : l’insécurité sociale, dans le travail, la santé sont des facteurs qui promeuvent d’autres formes d’insécurités certainement plus insidieuses qui mettent à mal le ciment social et promeuvent une insécurité réelle. Le syndicalisme est donc nécessairement impacté par la conception de la sécurité et des politiques qui l’accompagne. Il appartient au chantier PSP de tenter de les comprendre, d’en analyser les implicites et ainsi de proposer des directions ou des pistes qui tiennent compte du caractère protéiforme de la sécurité dans le cadre de préconisations qui visent directement la sécurité intérieure, extérieure et désormais globale.
L’objectif de ce chantier est de travailler directement avec les institutions responsables de la mise en œuvre des politiques de sécurité : les ministères de l’intérieur, de la justice, de la défense sont ainsi les interlocuteurs privilégiés du chantier PSP. La compréhension de la notion de « chaîne pénale » est au cœur de nos préoccupations.
L’actualité dramatique de ces dernières années renvoyant à la nécessité d’une interrogation sur le rapport du terrorisme / en même temps que de son analyse et de ses buts / avec la démocratie et l’espace des libertés publiques et privées.

Ne pas oublier que la sécurité est un des droits de l’homme les plus fondamentaux, qui rend les autres possibles, et penser la police comme une force qui rend réelle cette libert. Les modalités de mise en œuvre de la sécurité doivent être pensées collectivement, pour construire une véritable sécurité partagée. Il faut sortir aussi bien des caricatures que des fausses oppositions, pour se demander ce que doit et peut être une police dans une démocratie soucieuse des droits de chacun, soucieuse de justice sociale et de progrès humain.
La comparaison avec des exemples étrangers permet de mettre en lumière les spécificités françaises, leurs points forts et leurs faiblesses. Elle permet aussi de mesurer le décalage entre la réalité de terrain et certains discours. Elle ouvre enfin des perspectives sur ce qu’il serait nécessaire de faire.
L’Institut de recherches de la FSU est engagé par ses chantiers et sa revue dans un travail de réflexion sur les champs de l’activité humaine. Le chantier « Politiques de Sécurité Publiques » interroge depuis 2012 l’action du Nouveau management public dans le champ de la sécurité.