Accueil du chantier
Travail et syndicalisme

Travail et syndicalisme

Le chantier travail de l’Institut de recherches de la FSU, ouvert à l’automne 2006, est né d’une interrogation : le syndicalisme en général et celui de la FSU en particulier s’occupe-t-il du travail ? Ses activités sont tournées vers la transformation du travail et du rôle des organisations syndicales dans la mise en mouvement des salariés, dans le développement de leurs capacités d’agir sur leur propre travail.
Les travaux de recherche du chantier travail sont à l’interface entre l’activité de travail et l’activité syndicale. Ils ont mis en évidence que la construction de nouvelles perspectives pour le travail passait par l’action des salariés eux-mêmes au sein de leur activité et des collectifs de travail. Mais aussi par la mise en œuvre de transformations au sein de l’activité syndicale elle-même.

La question du travail s’est invitée dans le débat politique.

Nous sommes enfin sortis du déni du travail et de ses conditions de réalisation. Chacun, travailleur, chômeur, militant, chercheur, intervenant professionnel, médecin du travail… est invité à se saisir du sujet de l’activité de travail, du contenu du travail, bien au-delà de l’emploi ou des conditions de travail.

La médiatisation des suicides sur les lieux de travail, en liaison avec la façon dont les salariés vivaient leur travail, a servi de catalyseur à cette prise de conscience de la question du travail, de ses perspectives, de sa transformation.
Nous sommes passés, en quelques années, du déni du travail et du débat sur « la fin du travail », à celui de la centralité du travail pour les individus et la société.
Le chantier travail de l’Institut de recherches de la FSU, ouvert à l’automne 2006, a joué un rôle actif pour provoquer ces évolutions qui touchent tous les secteurs d’activité, tous les échelons hiérarchiques. Ses activités se sont tournées d’emblée vers la transformation du travail et du rôle des organisations syndicales dans la mise en mouvement des salariés, dans le développement de leurs capacités d’agir sur leur propre travail.
Les travaux de recherche du chantier travail se sont développés à l’interface entre l’activité de travail et l’activité syndicale. Ils ont mis en évidence que la construction de nouvelles perspectives pour le travail passait par l’action des salariés eux-mêmes au sein même de leur activité et des collectifs de travail. Mais aussi par la mise en œuvre de transformations au sein de l’activité syndicale elle-même.
En liaison avec des chercheurs, des membres du chantier travail ont participé à l’animation de stages syndicaux sur le travail. Des recherches-action ont été initiées avec la FSU, ses syndicats ou ses sections locales, constituant ainsi le terrain privilégié de l’activité de recherche du chantier.
Le site du chantier travail a été organisé pour donner à voir ces initiatives dans leurs histoires, leurs développements, les perspectives qu’elles ouvrent au mouvement syndical.
Pendant toutes ces années d’activité, le chantier travail a accumulé un matériau important d’analyses, témoignages, débats…dont vous pourrez trouver des traces sur le site.

Bonne recherche !
Yves Baunay, animateur du chantier travail de l’Institut.

Luc Béal-Rainaldy, secrétaire national du SNUTEFE a mis fin à ses jours mercredi 4 mai 2011 dans les locaux du ministère du travail.
Ci-joint le communiqué de presse de son syndicat et la déclaration du SNUTEFE-FSU au CHSM (comité hygiène et sécurité ministériel) extraordinaire du 17 mai 2011
Le chantier travail s’associe à la peine de sa famille et de ses camarades du SNUTEFE et du SNUTEFI.


Jean-Philippe Kunegel nous a quittés prématurément cet été. Il participait depuis deux ans aux travaux du chantier « travail et syndicalisme » de l’Institut de recherche de la FSU.

Il nous y faisait bénéficier à la fois de son expérience de syndicaliste (SNES et FSU en région PACA) et de ses questions de chercheur engagé dans l’ergologie. Professionnel (CO-psy), militant syndical et chercheur, il était exemplaire des acteurs qui font vivre l’institut de la FSU et son chantier travail en particulier. Lors d’une réunion du chantier il y a quelques mois il avait présenté un travail de recherche qu’il avait conduit sur le "travail militant". Voici la transcription de cette présentation orale. Le mémoire est accessible sur le site de l’Institut : http://institut.fsu.fr/IMG/pdf/memoire_kunegel-2.pdf
Hommage à Jean-Phillipe sur le site de la FSU PACA : http://fsu.paca.free.fr/spip.php?article171

L’équipe d’animation du chantier travail 2016-2017

Responsables du chantier :
Yves Baunay (ybaunay@free.fr ),
Dominique Cau-Bareille (dcaubareille@free.fr),
Christine Eisenbeis (christine.eisenbeis@inria.fr),
Gérard Grosse (grosse.gerard2@wanadoo.fr),
Marie-Hélène Motard (mh.motard@sfr.fr ),
Michelle Olivier (michelle.olivier@snuipp.fr )

Participent au chantier :
Yves Baunay, SNES
Cécile Briec, ergonome, chercheuse
Marylène Cahouet, SNES
Fabrice Cardon, BN du Snetap
Dominique Cau-Bareille, ergonome, chercheuse
Nada Chaar, professeur d’HG, doctorante en sociologie
Pierre Deransart, SNCS
Philippe Dormagen, SNU Pôle emploi
Josiane Dragoni, SNES
Christine Eisenbeis, Chercheuse, SNCS
Frédéric grimaud, chercheur, SNUipp
Marianne Grignon, PE, SNUipp
Gérard Grosse, SNES
Elisabeth Labaye, SNES
Marc Lesvignes, PE, SNUipp
Youri Meignan, Ingénieur d’étude science de la formation, SNETAP, associé à la recherche SNUipp-CNAM
Hervé Moreau, SN SNES, CHSCT ministériel
Romain Morlat, professeur de physique-chimie, SNES S3 Dijon
Marie-Hélène Motard, Professeur de philosophie, SNES
Michelle Olivier, SNUipp ;
Catherine remermier, Co-psy, SNES
Daniel Rallet,SNES.