Accueil du chantier  > Production  > Comptes-rendus de réunion

L’école et ses critiques

17 mars 2011

Présents : M DSCHAMPS, G LANGOUET, P. MAZEREAU, G BLANCHETEAU, D.CZAL

Compte rendu du chantier du 17 mars

Le travail sur les matériaux se poursuit pour tous les sous chantiers
1-L’étude des ouvrages
Le corpus général des ouvrages publiés entre 2000 et 2009 avoisine les 3200 ouvrages.
Ils font l’objet d’une classification année par année, entre essais (45%)et ouvrages savants (45%). Les témoignages individuels ne représentent qu’à peine 5% des publications.
Une première étude lexicométrique des titres fait apparaître, sans mystère, que ces ouvrages sont centrés autour du questionnement des fonctions de l’école (scolarisation, éducation, enseignement, formation). Les acteurs, enseignants, comme apprenants et parents apparaissent dans un titre sur 5, tout comme les pratiques scolaires, dans leur diversité. L’espace scolaire (la classe ou l’un des segments du système), quant à lui, n’est cité que huit fois sur 100. Les contenus, dans leur diversité, concernent 10% des titres. Enfin les enjeux scolaires (réussite, crise, difficultés, échec) s’expriment souvent de manière interrogative (10%).
Cette étude lexicométrique devra se poursuivre quand le classement des ouvrages sera achevé dans la perspective d’identifier les termes les plus représentatifs des questionnements actuels du champ de la recherche universitaire (socio, psycho, histoire, sciences de l’éducation) et des essais qu’ils touchent aux finalités de l’école, aux questions de société qui la percutent et aux préoccupations pédagogiques comme celles des acteurs (personnels, jeunes, parents….).
A l’issue de ce travail, une sélection représentative du corpus général (200 à 300 ouvrages) fera l’objet d’une étude spécifique permettant de mieux cerner les rhétoriques émergentes. L’analyse du contenu des revues « intellectuelles », ainsi que les notes de lecture de la revue française de pédagogie devraient nous aider dans nos choix

2-Les acteurs
Le corpus étant construit et validé par le chantier, la suite des travaux a porté sur l’analyse de quelques discours afin de mettre à l’épreuve la grille retenue pour le questionnement. Cette phase du travail à mis en évidence les difficultés à localiser le discours de certains acteurs, moins impliqués que d’autres sur les questions de l’école. Cette première approche a permis de souligner, la place dominante occupée par l’école dans les discours des acteurs généralistes comme l’ARF, l’AMF, la Ligue des Droits de l’Homme, la Ligue de L’enseignement, le Secours Populaire, ATD quart monde. Ces acteurs considèrent en effet que l’école est selon eux, essentielle pour accompagner leur activité , les valeurs qu’ils défendent, les finalités qu’ils lui assignent. Sur ce registre, ils placent en tête des postulats pour expliquer la crise sociale justifiant leur engagement, le développement des inégalités en grande partie lié au recul de l’école, sur le terrain des valeurs et de ses finalités républicaines. Cette question abondamment traitée par les acteurs, est aussi accompagnée de propositions pour la dépasser et permettre à l’école de retrouver une de ses missions premières : celle de contribuer à la transformation sociale et au progrès de l’humanité. Voir synthèse doc 1.

Pour les autres acteurs, directement concernés par l’école, le travail d’analyse s’est poursuivi. Présentation de l’analyse des éditoriaux et sommaires du SNES.
Voir synthèse doc 2 .

3-La presse

Le texte sur le traitement du terme « réforme » par la presse devrait être remanié.
Un travail similaire devrait être conduit sur des thèmes qui ont émergé de manière significative en 2009 : la réforme du supérieure, les désobéisseurs, PISA et la grippe H1N1.

4-Préparation du Conseil scientifique : Michel Deschamps fait une première trame qui sera complétée par les membres du chantier


Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable