Accueil du chantier  > Production  > Comptes-rendus de réunion

L’école et ses critiques

20 octobre 2009

CONSEIL SCIENTIFIQUE

PRESENTATION DES TRAVAUX DU CHANTIER

I- Intitulé du chantier :

L’ECOLE ET SES CRITIQUES

Le chantier de recherches est prévu sur deux ans

II- Les porteurs du projet :

L’équipe existante animée par Michel Deschamps, Gérard Blancheteau, Danielle Czal, François Bouillon et G, Langouet se réunit une fois par mois.

D’autres membres constituent l’équipe permanente du chantier : Yves Baunay, Marylène Cahouet.

Le deuxième cercle : celui des chercheurs associés comprenant P Mazereau a été étoffé. Nous avons mis en place trois collaborations importantes, avec Stéphane Bonnery, maître de conférence Paris 8 , André Robert, professeur d’Université et Bruno Garnier de l’UMR « Education et politique » et Romuald Normand qui travaille sur la rhétorique des discours conservateurs aux USA et en GB..

III Notre problématique s’articule autour de 3 grands enjeux que je vais vous détailler :

1 - Identifier les discours portés sur l’école, visée comme institution de la maternelle à l’Université dont nous avons d’emblée définis les contours comme traitements raisonnés et construits portant jugement critique sur la nature et le rôle de l’institution scolaire aujourd’hui. Nous faisons l’hypothèse d’un certain renouvellement de ces discours.

2 - Préciser les lieux d’énonciation et ceux qui les tiennent, à qui ils s’adressent et leurs impacts et donc comment ils nourrissent l’espace public, le débat public. Chercher à déterminer leurs sources de légitimité. Notre hypothèse étant que les discours sur l’école reçoivent plus leur légitimité dans le discours public que par la pertinence propre au secteur éducatif.

3 - S’intéresser à la manière dont l’école entend ses discours et s’inscrit dans le débat. Nous avions émis l’hypothèse initialement d’une école « écoutante ». Si nous ne reprendrions plus, un an plus tard ce mot, nous avons toujours la préoccupation de cerner ce qui est du domaine d’évolutions nécessaires qui appellent réponse, peut-être pas seulement de l’école, mais dans l’interaction école/société, et ce qui est du ressort de choix politiques (néo libéraux, conservateurs et progressistes…)

De ce point de vue l’école peut-elle se concevoir comme sujet et pas seulement objet de discours ?

IV.-Bilan de la première année 2008-2009

Nous nous sommes attelés à mieux définir notre objet de recherche, en dégageant trois grands champs de discours :

les discours savants : celui des chercheurs, des experts et d’explorer leur degré de diffusion. Ces discours sont issus de diverses disciplines universitaires, dont la sociologie a pris une part importantes, mais pas qu’elle (sciences de l’éducation, philosophie, économie, histoire, linguistique….). Les discours sur l’école sont aussi portés par d’autres ouvrages : les essais de diverses natures, les témoignages, les biographies, les œuvres de fiction.

les discours que nous qualifions de « politiques » : ceux des décideurs (notamment ceux de l’Institution, discours officiel des Ministres et des services du MEN) et ceux des collectifs d’acteurs, pas seulement les enseignants et leurs formes d’expression (syndicats, mouvements pédagogiques), mais aussi les familles, les parents, les jeunes ainsi que la mouvance des associations qui gravitent autour de l’école.

les discours publics et médiatiques : celui de l’opinion à travers les médias, les sondages, les œuvres de création (films, théâtre, littérature moderne touchant à l’école…).

Au plan méthodologique, nous avons été amené à :
à aborder des questions spécifiques à l’analyse des discours : nous devons intégrer dans notre recherche une méthodologie empruntée à la rhétorique des discours, et des théories de l’argumentation, ainsi qu’une analyse lexicologique (les mots des titres de presse, les mots des titres d’ouvrages).
à dégager les éléments de continuité et de rupture des discours portés sur l’école pour repérer leur renouvellement. C’est dans ce cadre que nous situons notre hypothèse d’émergence de nouveaux discours.

Nous n’en sommes pas au même niveau d’avancement dans l’étude de ces trois niveaux de discours.

VPerspectives 2009-2010

Le dernier conseil scientifique de novembre 2008 avait incité notre chantier à resserrer notre démarche en sélectionnant nos supports, en précisant nos méthodes, en dégageant des thèmes ou des questionnements.

C’est ce que nous essayons de faire tout en gardant :

1 la possibilité de confronter nos travaux par une discussion collective, avec les responsables FSU et SN mais aussi des équipes de recherche

2 la volonté de jeter un regard transversal sur des lieux très différents :
les médias :

Quatre mois d’articles sur l’école dans neufs quotidiens nationaux permettent d’appréhender les thématiques dominantes de discours et la manière dont la presse fonctionne. Nous avions fait le choix de 2009 et de 2005. Pour le choix de 2009, Bien nous en a pris parce que les enseignements que nous en tirons actuellement sont riches à tout point de vue. Nous avions émis l’hypothèse de 2005, à cause de la loi d’orientation…. Mais cela peut bouger en fonction de nœuds possibles, identifiés au cours de notre recherche. Par exemple, la question de la Réforme, nous paraît une thématique sensible. Nous ne nous interdisons pas des explorations dans d’autres médias (hebdo, tv) ou dans les années récentes mais dans le souci de confirmer ou d’infirmer les questionnements que le travail sur 2009 nous a conduits à dégager.

Nous avons engagé parallèlement au dépouillement et à l’analyse de la presse écrite un travail de rencontre (sous la forme d’entretiens semi-directifs) : - d’une part avec des journalistes spécialisés - d’autre part avec des responsables syndicaux, Afin de mieux approcher la relation média-école.

- les ouvrages savants pour la période 2000-2009 :

Nous sommes en train d’effectuer le recensement des publications (hors dimension didactique) traitant : + Les recherches/productions savantes recoupant les champs disciplinaires universitaires, ayant donné lieu à des ouvrages ou publications dans des revues « savantes » + Les essais (divers) + Les témoignages + Les ouvrages littéraires Ce corpus, nous conduira ensuite à analyser et catégoriser les ouvrages retenus selon plusieurs critères : leurs thématiques, l’analyse lexicale des titres. Compte-tenu du nombre important d’ouvrages, près de 3000, nous allons mettre au point, l’élaboration d’un échantillon comprenant une centaine d’ouvrages, représentatif du corpus général. Nous avons prévu de fournir un travail spécifique sur cet échantillon, en faisant des fiches de lecture : nous avons travaillé une cinquantaine d’ouvrages en les analysant notamment à partir d’une première grille, les 5 i (l’école inégalitaire, inefficace, insipide, institutionnelle,…) qui évoluera certainement en fonction des thématiques dominantes repérées, ou des noyaux discursifs. Nous avons commencé à préciser le cadre et la méthode de travail sur les discours savants :
dégager le corpus des ouvrages parus entre 2000 et 2009 (en référence avec le travail produit par l’équipe de Jacky Beillerot, Paris X)
travailler à une catégorisation de ce corpus, de manière à pouvoir préciser les contenus de discours et les ouvrages représentatifs du corpus
mettre en évidence les « complexes discursifs », les variances et invariants des discours, voire comment la recherche peut ouvrir de nouvelles portes.

- les publications officielles et militantes.

Pour les discours « politiques », là encore, couvrir la décennie pose problème. Nous nous appuierons sur la presse politique et syndicale, sur celles de familles et des parents. Les outils de travail ne sont pas encore précisément définis : faut-il y ajouter l’étude des congrès ? L’analyse des rapports officiels ? Cible-t-on les mêmes années que celle de la presse…. Tout ceci est encore en débat. Dès à présent, notre travail est consacré à l’établissement d’un corpus d’acteurs (nous en avons retenu 25) et à une première approche pour chacun d’eux fondée sur trois interrogations :
qui sont-ils ?
d’où ils publient ?
de quoi ils parlent ?

3- En l’état actuel de notre travail nous avons dégagé cinq questionnements issus de notre réflexion sur les médias :

+la façon dont sont décrits les symptômes d’une « crise scolaire » que les médias semblent tous considérer comme un fait

+la façon dont cette crise est expliquée de façon explicite ou plus souvent implicite à partir d’évidences assénées

+ la façon dont sont sélectionnés, nommés, les acteurs légitimes, et la manière dont ils sont amenés à donner leur avis dans une sorte de casting sélectif

+ la façon dont les médias rendent compte des conflictualités (réputées) nouvelles

+ la façon dont, en dernier ressort, il est porté jugement sur l’état actuel de notre système éducatif entre déclin et mutation.

Ces questionnements très élémentaires et très provisoires peuvent constituer une première grille de lecture pour les autres supports de notre chantier (publications militantes officielles, ouvrages savants) tandis que nous constituons les deux corpus correspondants avec le même soucis de resserrement.

Ces regards transversaux n’ont de sens que s’ils ne gomment pas la spécificité et l’autonomie de chaque catégorie de discours.

En résumé, pour l’année 2009-2010, notre souci est :

d’aller vers plus de rigueur et de précision dans les concepts que nous nommons. Pour cela nous nous fixons plusieurs objectifs :

1- maintenir et approfondir nos relations avec l’INRP de Lyon que nous avons rencontré, avec Romuald Normand qui a participé à notre journée plénière en juin dernier consacrée à la présentation de nos travaux et d’autres chercheurs comme Alain Rabatel du CNRS, avec Philippe Le breton du CNRS de Strasbourg qui a publié la « parole manipulée ».

2- renforcer la place de l’analyse lexicale dans nos travaux pour dégager les dominantes qui permettront de mieux cerner les éléments critiques.

3- aller vers une analyse historique plus soutenue des noyaux discursifs qui ont marqué le champ de l’éducation en visant plus particulièrement les thèmes pérennes, les thèmes qui ont évolué, les thèmes qui émergent. Pour ce faire

4- d’objectiver dans notre démarche de recherche le travail approfondi sur les médias

VI Les prolongements de nos recherches

Nos recherches nous amènent déjà à traiter déjà deux questions « collatérales » :
les médias à l’école : comment cela interpelle le syndicalisme
comment la recherche universitaire, pédagogique irrigue le monde de l’éducation et ses conséquences en terme de FC des personnels.

Nous chercherons à produire, pour Nouveaux Regards, des articles rendant compte de nos travaux, dans la perspective d’une publication finale. Nous prévoyons un colloque en fin d’année scolaire et peut-être un séminaire intermédiaire.

VII Les moyens pour conduire nos recherches

Pour fonctionner, au-delà d’une journée de décharge de Danielle Czal, et de celle de Philippe Mazereau nous effectuons actuellement des démarches pour recruter une aide à mi-temps de l’équivalent d’un ingénieur de recherche, pour affiner nos corpus, faire des recherches dans divers organismes, poursuivre l’analyse de la presse, faire avancer nos analyses lexicologiques. Nous avons créé un site dont vous trouverez le lien en écrivant sur Google L’école et ses critiques. Ce site est un outil structurant pour notre travail Il rend compte des travaux en cours, des réunions et rencontres Il est aussi un outil de dialogue puisque nous donnons la possibilité aux visiteurs de réagir. Il permet enfin d’accéder à un fond documentaire et d’entrer en relation avec les institutionnels de la recherche.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable