23-01-2020

 | A LA UNE

Inscrivez-vous au COLLOQUE FSU/IR FSU Mercredi 1er Avril 2020

A partir des problématiques évoquées dans le TOME 2 de son histoire, la FSU et son institut de recherches (IR-FSU) organisent un colloque le mercredi 1er Avril de 9h à 16h30 au 12, rue Cabanis - 75014 PARIS - métro 6 Glacière.
Avec les auteurs de l’ouvrage : Alain Dalançon, Josiane Dragoni, Jean-Michel Drevon
et Christophe Aguiton (Solidaires, ATTAC), Verveine Angeli (Solidaires), Gérard Aschieri (FSU, CESE), Sophie Béroud (Lyon 2), Michel Blay (IR-FSU), Annick Coupé (ATTAC), Paul Devin (FSU, IR-FSU), Maryse Dumas (IHS-CGT), Bernadette Groison (FSU), Jean-Marie Pernot (IRES), Danielle Tartakowsky (Paris 8), Benoît Teste (FSU), Bernard Thibault (BIT)
Première table ronde : Le syndicalisme à un tournant de son histoire en France au début du XXIe ?
Deuxième table ronde : La capacité représentative du syndicalisme en question ?
Cliquer ici pour le programme et l’inscription

Colloque FSU /IR FSU mercredi 1er avril 2020, 9h00-16h30 12 rue Cabanis, 75014 Paris

9h30 : Ouverture par Paul Devin, président de l’IR-FSU

9h40 : Intervention d’Alain Dalançon, co-rédacteur du tome 2
o comment ce livre a-t-il été écrit ?
o Échanges avec Jean-Marie Pernot et Sophie Béroud

10h : Table ronde : Le syndicalisme à un tournant de son histoire en France au début du XXIe ?
Animée par Christophe Aguiton (Sociologue, Solidaires et ATTAC) elle regroupera les chercheur.es : Danielle Tartakowsky (Professeure émérite d’histoire contemporaine), Sophie Béroud (Professeure de Science politique, Lyon 2) et les syndicalistes : Bernard Thibault (ex. SG CGT, administrateur du BIT), Gérard Aschieri (ex. SG de la FSU membre du CESE), Annick Coupé (ex. porte-parole de Solidaires, SG d’ATTAC) ainsi que Jean-Michel Drevon (co-rédacteur du livre).

o Pourquoi les potentialités ouvertes par le mouvement social de 1995 et les actions du mouvement syndical et social de 1997 à 2010 ne se sont pas traduites par des résultats à la hauteur de ces mobilisations parfois exceptionnelles, ni par des modifications des frontières entre organisations syndicales ?
o Cette table ronde sera l’occasion de revisiter les grands mouvements de 2003, 2005, 2006, 2009 et 2010 mais aussi des mouvements postérieurs jusqu’à nos jours. Si le syndicalisme a résisté à l’offensive néolibérale et l’a ralenti, il n’a pas réussi à la stopper. Quel rôle a joué la dimension public/privé ? Le modèle social français solidifié à la Libération est-il démantelé ? Où en est l’altermondialisme ?
o Comment expliquer que, malgré les nombreuses tentatives de rapprochement pour dépasser la division syndicale, aucun processus d’unification n’ait pu être enclenché ?

• 14h : Table ronde : La capacité représentative du syndicalisme en question ?
Animée par Maryse Dumas (ex-secrétaire confédérale CGT, IHS-CGT) elle regroupera les chercheur.es : Jean-Marie Pernot (Politiste, IRES), Michel Blay (président conseil scientifique de l’IR-FSU),) les syndicalistes : Verveine Angeli (SN Solidaires), Bernadette Groison (ex. SG FSU), Baptiste Talbot (membre de la CE CGT) et Josiane Dragoni (co-rédactrice du livre).

o Pourquoi le syndicalisme est-il de plus en plus en perte de représentativité en France ? Il ne s’agit pas seulement de baisse de la syndicalisation, phénomène enclenché bien plus tôt.
o Le syndicalisme est confronté à de nouvelles questions ou d’anciennes renouvelées : crise écologique et sociale, égalité et genre, immigration, laïcité… Alors que le néolibéralisme étend le paradigme du travail marchandise non seulement au sein de la fonction publique mais aussi dans un au-delà du salariat, le syndicalisme a tardé à prendre en charge cette dimension pourtant inhérente à son combat
o Interroger les fondements des structures syndicales, l’institutionnalisation du syndicalisme et les pratiques de la négociation, les modalités d’action (grèves, manifestations, pétitions…), la communication…. Y a-t-il concurrence ou convergences possibles avec d’autres formes de regroupements associatifs, ou de mouvements inorganisés comme Nuit debout, puis les Gilets Jaunes ?
o La démocratie « horizontale » s’oppose-t-elle à la démocratie « verticale » (l’organisation), ou quelles sont les nouvelles voies pour les articuler ?
o Dans un contexte où les partis politiques de gauche semblent incapables de proposer des alternatives rassembleuses, quel rôle du syndicalisme à l’échelle nationale, européenne et internationale ?

• 16h : Conclusion par Benoit Teste, secrétaire général de la FSU

Inscription obligatoire

Vous allez procéder à votre inscription. Cette dernière vous sera confirmée le 7 mars au plus tard.

2 boutons de choix sont disponibles

Si vous êtes adhérent d’un syndicat de la FSU cliquer ici si vous rencontrez un problème sur ce site envoyer un mail à institut@institut.fsu.fr

• Sinon envoyer la fiche d’inscription ci-dessous à institut@institut.fsu.fr

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « A LA UNE »

Newsletter