06-10-2020

 | A LA UNE

De l’usage de la violence d’Etat

Comme le souligne l’éditorial de Paul Devin la question des « violences policières » est devenue une préoccupation importante pour tous ceux qui se préoccupent de nos droits et libertés. Elle nécessite d’en débattre en s’appuyant notamment sur les analyses de chercheurs. Dans cette perspective Gérard Aschieri, ex président de l’IR-FSU, Rédacteur en chef de la revue de la LDH nous propose deux articles.
Le premier de Sebastian ROCHE, directeur de recherche au CNRS est paru dans le numéro 190 de Juin 2020.
"Dès que des chocs importants perturbent les systèmes politiques, la nature du pouvoir se révèle rapidement : la contrainte et la violence sont des outils disponibles. C’est ainsi que la crise des « gilets jaunes » a donné à voir une certaine conception française du maintien de l’ordre et de l’usage de cette violence légale."

PDF - 1.8 Mo

" Avec la Pologne, la France est le seul pays dans l’UE à disposer de grenades explosives et d’armes qui tirent des balles en caoutchouc, et l’on est passé de 40 tirs à 463 tirs annuels de munitions entre 2010 et 2014 : onze fois plus en quatre années. et encore, il faudrait ajouter le Taser et différents types de grenades... »

« L’usage de la violence résulte d’une interaction entre polices et autorités politiques. L’approche faite de démonisation des “gilets jaunes” (l’autre camp) et de permissivité envers les agents (les violences policières n’existent pas) a ainsi facilité ces violences. »

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « A LA UNE »