30-09-2019

 | GRAPHIQUE

EMPLOI La vraie-fausse baisse du chômage par Guillaume Duval

La baisse du taux de chômage que vient d’annoncer l’Insee résulte davantage de la sortie du marché du travail d’une partie de la population que d’une amélioration sur le front de l’emploi.
Guillaume Duval 14/08/2019

L’Insee a rendu public le 14 aoutl’enquête Emploi du second trimestre 2019. Ce sont ces chiffres qui font foi pour suivre l’évolution du chômage en France. Bonne surprise : celui-ci a continué de reculer de 0,2 point ce trimestre, malgré le ralentissement de l’économie, pour s’établir à 8,5 % en France (8,2 % en France métropolitaine). Un niveau qu’on a constamment dépassé depuis le début de 2009, au moment où la crise financière a commencé à toucher vraiment le pays.

Les défenseurs du pouvoir actuel, comme les économistes Gilbert Cette et Stéphane Carcillo invités ensemble à France Inter le 14 août au matin, n’ont pas manqué de mettre ce bon résultat sur le compte de la flexibilisation du marché du travail, mise en œuvre à grande échelle depuis 2017 avec la loi Travail puis les ordonnances Macron.

Sauf que, quand on y regarde de plus près, la bonne nouvelle n’en est en réalité (malheureusement) pas une. Le niveau du chômage résulte en effet de l’écart entre le nombre des personnes qui sont dites actives sur le marché du travail (qui ont un emploi ou en cherchent un) et le nombre de celles qui ont un emploi.

Baisse du taux d’activité

Or, ce que nous disent les chiffres publiés par l’Insee, c’est que la baisse du chômage intervenue depuis six mois n’est pas le fruit d’une amélioration de la situation de l’emploi. Au contraire, le taux d’emploi des 15-64 ans a diminué au second trimestre 2019. La baisse du chômage est due au recul du taux d’activité : la part de ceux qui ont un emploi ou qui en cherchent un a diminué en effet de 0,2 point depuis fin 2018 parmi les 15-64 ans. Dit autrement, la part de ceux en âge de travailler qui sont totalement sortis du marché du travail (ils n’ont pas d’emploi et n’en cherchent pas) a augmenté cette année, ce qui interrompt une tendance à la baisse quasi continue depuis dix ans malgré la crise.

Si l’on entre dans le détail, on voit que cette dégradation touche en particulier les hommes, dont le taux d’activité a reculé de 0,5 point depuis l’année dernière. Leur taux d’emploi, lui, baissait de 0,2 point, inversant la tendance à l’œuvre depuis 2016 qui voyait (enfin) ce taux revenir progressivement à ses niveaux d’avant-crise.
Ce n’est pas le cas en revanche des femmes, dont le taux d’emploi continue à progresser régulièrement, dépassant nettement les niveaux d’avant-crise. Même pour elles, cependant, la baisse du chômage au dernier trimestre s’explique par un recul du taux d’activité, interrompant là aussi une hausse quasi permanente jusque-là.

Ce recul généralisé des taux d’activité permet certes, pour l’instant, à la baisse du chômage de se poursuivre, malgré la dégradation de l’emploi. Mais il s’agit en réalité d’une mauvaise nouvelle pour le pays si ce recul devait se prolonger : il est en effet très difficile de ramener à l’emploi des personnes qui auront été durablement éloignées du marché du travail. On fabrique donc ainsi de nombreux exclus, condamnés le plus souvent à une pauvreté durable et au recours à l’assistance.

Voir la totalité des graphiques sur https://www.alternatives-economiques.fr/vraie-fausse-baisse-chomage/00090073

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « GRAPHIQUE »