Accueil du site  >  L’Institut
02-03-2017

 | L’Institut

LE BILLET DE LA PRESIDENTE

Les femmes travaillent-elles beaucoup plus aujourd’hui en France qu’en 1950, 1920 ou 1901 ?
Pour les femmes, qu’appelle-ton activité, travail, emploi ? Comment compte-on le labeur des femmes ?
Pourquoi l’arrivée de femmes migrantes a-t-elle considérablement contribué à l’accélération de la hausse du taux d’activité des femmes en Grèce au début des années 1990 ?

Quelle est la réalité que vivent 600 salariées employées dans le textile, l’industrie pharmaceutique et l’assemblage de pièces électroniques en Égypte ?
En quoi l’augmentation du nombres de « femmes de services »va de pair avec la multiplication des « hommes en armes » ?
Comment 595 femmes de ménage du ministère des Finances d’Athènes ont-elles gagné au bout d’une lutte qui a duré 22 mois ?
Quelles sont les caractéristiques spécifiques de la migration des femmes dans le monde ?
Doit-on mettre le genre des noms de métier en accord avec le sexe de la personne désignée ? Comment la codification de l’usage joue-t-elle un rôle de rempart contre une égalité devenue inéluctable dans les faits ? ...
Questions passionnantes, inattendues, dérangeantes, stimulantes...A celles-là et mille autres encore, vous trouverez des réponses dans Toutes à y gagner, un livre-événement qui paraît pour les vingt ans des Journées intersyndicales Femmes.
Plus que jamais, il faut comprendre pour se battre, car les menaces et les régressions s’accumulent. Mais le pire n’est pas sûr, et l’Institut de la FSU mettra toutes ses forces dans la bataille de l’égalité et de la liberté, car femmes et hommes, nous avons tout à y gagner.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « L’Institut »