08-02-2019

 | A LA UNE

Pour le CDFN de la FSU, projet de société et mouvement syndical sont interrogés

Texte voté au CDFN des 22 et 23 janvier.
Notre pays, comme beaucoup d’autres pays en Europe et dans le monde, traverse actuellement une crise profonde qui trouve ses origines dans la crise économique et sociale qui a explosé en 2008. Il s’agit aujourd’hui, d’une crise multiforme économique, sociale, culturelle, politique à laquelle s’ajoutent la crise climatique et ses conséquences. Les inégalités n’ont, depuis plusieurs années, cessé de se creuser. Le taux élevé de chômage ne se réduit pas et la précarité s’installe. Cette situation est accentuée par un dialogue social déficient dont la responsabilité incombe pleinement au gouvernement dans sa volonté de contourner les organisations syndicales représentatives.

Parti de la contestation de l’augmentation de taxes, le mouvement des Gilets Jaunes mène des actions régulières depuis plus de 2 mois. Inédit dans ses formes, parfois dans ses plateformes revendicatives, divers aussi selon les territoires, il a réussi à durer et a obligé le gouvernement à de premières réponses qui restent insuffisantes. Ce mouvement a fait émerger avec force les revendications du pouvoir d’achat et des salaires, la nécessité de services publics et celle d’une réforme de la fiscalité. Autant de revendications portées depuis toujours par la FSU et ses syndicats. La FSU s’est d’ailleurs exprimée dès le mois de novembre sur ces sujets, mais aussi sur la question de la transition écologique, pour montrer à toutes et tous la proximité de certaines propositions. Les Gilets jaunes interrogent le pouvoir en place mais aussi les partis politiques et les organisations syndicales. Ces mouvements se développent en dehors des cadres politiques et syndicaux et revendiquent même parfois leur volonté d’indépendance. La situation sociale résulte des conséquences de politiques libérales menées depuis des décennies, injustes et inégalitaires. Elle est le résultat d’une crise profonde aux multiples facettes et qui s’est accentuée depuis la crise économique et financière de 2008. Les choix opérés par le gouvernement depuis 2017 (ISF, Flat Tax, Exit Tax, doublement du CICE…) sont des signaux clairs d’une politique orientée vers les plus riches. La crise actuelle, en confirmant l’affaiblissement du politique, interroge directement le fonctionnement des institutions et de la démocratie.

C’est le projet de société qui est aujourd’hui questionné. Le mouvement syndical est alors interrogé. Il a dans le même temps la responsabilité de contribuer à ce que cette séquence politique se traduise par un renforcement de la démocratie et un changement d’orientations politiques tournant le dos aux politiques libérales. Il est pour cela nécessaire de travailler les problématiques communes et de construire des mobilisations les plus larges possibles afin de contraindre le gouvernement à changer de cap.

La répression policière est montée d’un cran lors de ce mouvement. Cela a été aussi particulièrement le cas en décembre dernier vis à vis des lycéens qui ont subi humiliations, intimidations, violences, judiciarisation quasi-systématique, recours abusif aux déferrements afin de casser ce mouvement. La FSU dénonce tout exercice arbitraire et excessif du pouvoir à l’encontre des manifestant-es en particulier les arrestations dites « préventives » et demande l’arrêt des poursuites injustifiées et l’effacement des peines prononcées à l’exclusion de tout acte de violence ou de dégradation et de toute conduite ou propos sexiste, homophobe, raciste ou antisémite. Elle demande l’abandon des armes, LBD, grenades de désencerclement, grenades GLI F4 et des fusils multi-coups (riot gun penn arm) dont l’usage a conduit à de nombreuses mutilations.

La FSU dénonce, dans un cadre unitaire initié par la LDH, le projet de loi « anti-casseurs » en cours qui porterait atteinte à la liberté de manifester pourtant garantie constitutionnellement. La FSU demande une commission d’enquête parlementaire sur les violences policières exercées lors de ces manifestations.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « A LA UNE »

Newsletter