Accueil du chantier  > Thèmes  > Politiques éducatives

Politiques néolibérales et alternatives syndicales

Le lycée rêvé de Nicolas Sarkozy par Christian Laval

Article initialement paru dans la Vie de la Recherche Scientifique, n°380

Le lycée rêvé de Nicolas Sarkozy
par Christian Laval
Article initialement paru dans la Vie de la Recherche Scientifique, n°380
Vers quel lycée nous mènent les décrets qui pleuvent aujourd’hui sur l’enseignement
secondaire et plus particulièrement sur le lycée ? Nicolas Sarkozy après l’échec de Xavier
Darcos en 2008, a imposé à marche forcée une réforme selon ses voeux. Des escouades de
proviseurs et d’inspecteurs sont envoyés en mission de persuasion sur le terrain pour relayer
la volonté présidentielle. Leurs arguments séducteurs cachent de plus en plus mal le but à
atteindre. La nouvelle architecture a été conçue pour obtenir l’appui ou la neutralité des
fédérations de parents, des syndicats lycéens, des mouvements pédagogiques et des syndicats
très minoritaires dans le secondaire (UNSA et SGEN-CFDT). Le marketing gouvernemental,
jouant d’une habile communication auprès des médias et de l’opinion, a « vendu » un lycée
plus autonome qui ferait reculer l’enseignement disciplinaire jugé trop lourd, qui encadrerait
mieux les élèves en leur donnant un « accompagnement personnalisé » et un « tutorat », qui
les orienterait mieux vers des formations supérieures « rentables ».
L’analyse de la situation doit dépasser les présentations idylliques de la « communication »
ministérielle. Le diagnostic de la situation pose d’emblée problème :pourquoi le lycée est-il
soudain devenu le « maillon faible » du système éducatif qui devrait être réformé de toute
urgence ? Jusque-là tous les experts semblaient plutôt dire que l’enseignement primaire, le
collège et l’université avaient autant sinon plus de raisons de connaître des changements
pédagogiques et organisationnels. L’un des principaux motifs de la réforme dite Chatel est
budgétaire. La loi Fillon de 2005 avait indiqué la piste qu’il fallait suivre. Le diagnostic se
fondait sur le benchmarking européen, technique purement quantitative qui faisait apparaître,
en ignorant histoire et structure nationale spécifique, un surcoût français pour l’enseignement
secondaire. Bon prétexte, RGPP aidant, pour couper dans le vif des heures et des effectifs de
professeurs. On se souvient également de l’aveu éloquent de Nicolas Sarkozy dans sa « Lettre
aux éducateurs » (septembre 2007), malheureusement un peu trop oublié dans les
commentaires élogieux de la réforme actuelle : « dans l’école que j’appelle de mes voeux où
la priorité sera accordée à la qualité sur la quantité, où il y aura moins d’heures de cours, où
les moyens seront mieux employés parce que l’autonomie permettra de les gérer davantage
selon les besoins, les enseignants seront mieux nombreux » (p.30). Le but est clair donc, ce
sont sans doute des milliers de postes qui, dans les années à venir, vont encore pouvoir être
économisées.
Par quel moyen obtenir ce lycée moins coûteux ? On peut légitimement craindre, comme le
fait le SNES –FSU, le syndicat majoritaire des lycées et des collèges, que les dispositifs qui
vont remplacer les heures d’enseignement en demi-groupes seront vite sacrifiés aux
impératifs de rigueur. Une ancienne coutume de l’Éducation nationale veut en effet que ce qui
n’est pas « fléché » nationalement a une durée de vie assez brève. Mais un autre moyen se
dessine. Par les techniques managériales désormais habituelles, et grâce à l’autonomie plus
large accordée aux proviseurs, devenus au cours du temps de véritables « chefs d’entreprises
éducatives » selon la formule du sociologue Robert Ballion, va se mettre en place un lourd
dispositif d’évaluations, de contrôles, d’injonctions, d’incitations financières censées accroître
la « performance » de l’enseignement secondaire. La suppression complète en septembre
2010 de la carte scolaire, en accentuant la pression concurrentielle sur les établissements,
contribuera, de l’extérieur cette fois, à cette mise sous tension des personnels enseignants,
supposés de ne pas travailler assez pour les salaires qu’ils perçoivent.
Rien ne dit que le but sera atteint. Le dogme selon lequel l’enseignement en lycée doit se
partager entre cours magistraux déversés devant des classes surchargées et des périodes
consacrées à la méthodologie générale, aux « compétences transversales » et à l’orientation,
est un dispositif qui est loin d’avoir apporté les preuves de son efficacité pédagogique. Cette
réforme au fond ressemble à si méprendre à celles qui ont affecté l’enseignement primaire,
l’enseignement supérieur ou la recherche. Elle prétend obéir à des objectifs et à des préceptes
de « performance » et conduit souvent à un bricolage dispendieux et gaspilleur de temps.
Mais il semble que cette réforme soit aussi l’occasion de régler quelques comptes
idéologiques avec des disciplines qui ont le malheur de ne pas correspondre parfaitement à
l’idéologie des « élites » économiques et politiques. Comme l’a rappelé récemment Stéphane
Beaud dans Libération, les Sciences économiques et sociales sont aujourd’hui en voie de
liquidation en volume horaire et en contenu, payant ainsi sans doute leur pluralisme théorique
et leur réalisme empirique1. L’un des aspects les plus inquiétants de cette réforme, conforme à
l’évolution constatée dans le domaine de la recherche, est bien le pilotage direct par le
gouvernement des contenus de l’enseignement. Un nouveau signe d’un grand recul de l’esprit
républicain dans l’institution scolaire.
Christian Laval
1 Stéphane Beaud , « Lycée : éco sans socio n’est que ruine de l’âme », Libération, 8 février
2010.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable