Accueil du site  >  L’Institut
11-11-2019

 | L’Institut

Les principes de la paix par Jean Longuet

Le traité de Versailles, signé le 28 juin 1919, a donné lieu à un débat parlementaire en vue de sa ratification en août et septembre 1919. C’est le discours du 18 septembre 1919 de Jean Longuet (1876- ??) qui nous est ici proposé.
Avocat, journaliste, petit-fils de Marx, Jean Longuet est un spécialiste apprécié des questions internationales ; il dirige dans L’Humanité de Jaurès les pages de politique internationale.
Une note de lecture de Guy Dreux.

Longuet critique les préoccupations territoriales du traité pour asseoir sa critique. Une critique nourrie de considérations et de foi propres au camp socialiste – rappelant quelques positions de l’AIT par exemple - , mais qui emprunte aussi à d’autres sources. Il se réfère par exemple au J.M Keynes, rédacteur de The Nation, qui doit faire paraître quelques semaines plus tard son fameux Les conséquences économiques de la paix, ouvrage qui le rendra extrêmement célèbre.On peut lire aussi quelques références explicites à Ernest Renan, l’auteur de Qu’est-ce qu’une nation ?.

Comme l’écrit Gilles Candar dans sa présentation, l’intérêt de l’ouvrage est aussi que « Longuet innove par rapport à la tradition démocratique du XIXe siècle en se situant à la confluence de l’héritage révolutionnaire et de la pensée marxiste. »

Pratiquement, Jean Longuet ne remet pas en cause l’idée de nations : il se félicite du retour de l’Alsace à la France et propose qu’il soit sanctionné par une « consultation des habitants », il se réjouit que la Pologne « renaisse de ses cendres », et il considère comme une « violation du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes » la main mise française sur la Sarre. Plaidant pour un large plan de reconstruction abondé par l’Angleterre et les Etats-Unis, Jean Longuet cherche à définir une ligne de juste milieu qui respecterait un principe essentiel : « L’intérêt de la France ne peut jamais aller à l’encontre de l’intérêt d’aucun peuple. » Une position qui fort logiquement l’amène à formuler quelques sévères critiques contre le colonialisme.

éditions établie par Gilles Candar, Editions Arbre bleu, 2019

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « L’Institut »