03-05-2017

 | A LA UNE

Malaise dans la représentativité syndicale

Michel Noblecourt dans Le Monde parle d’un « séisme ».
En réalité, s’il fallait retenir quelque chose de la tectonique des plaques, c’est moins l’idée du tremblement de terre que celle des mouvements très progressifs et de long terme de la dérive des continents.
Loin d’être brutal ou surprenant, le score de la CFDT était prévisible et doit être relativisé.
Rapide mise au point par Karel Yon.

La publication des résultats du 2e cycle de la mesure d’audience de la représentativité syndicale (MARS) a donné lieu à de nombreux commentaires sur le caractère historique du retournement dont ils rendraient compte : pour la première fois de son histoire, la CGT se trouve détrônée par la CFDT. Passant de 26,77 % des suffrages exprimés lors de la précédente mesure (en 2013) à 24,85 % cette année, la CGT perd 50 000 voix et se trouve reléguée en deuxième position. A contrario, la CFDT progresse en voix (+65 000), ce qui lui permet d’arracher un score légèrement meilleur à 2013 avec 26,37 % des suffrages exprimés, contre 26% la fois précédente.

voir http://terrainsdeluttes.ouvaton.org/?p=6160

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « A LA UNE »