Accueil du site  >  L’Institut
07-09-2018

 | L’Institut

« Si l’homme parfois ne fermait pas souverainement les yeux, il finirait par ne plus voir ce qui vaut d’être regardé. »

René Char, Les feuillets d’Hypnos, 1946
Difficile en cette rentrée d’avoir le moral au beau fixe. Quelle qu’ait été la douceur des vacances, l’actualité nous saisit à la gorge : cataclysmes écologiques, inhumaine réponse apportée aux migrant.es abandonné.es en pleine mer, entêtement d’un gouvernement qui court avec allégresse et autosuffisance vers l’abîme…

Pourtant, si les temps sont éminemment incertains, à bien des égards un autre monde est en train de naître, à bas bruit, sous des formes que nous peinons parfois à reconnaître. Comme le dit Char, il faut parfois fermer souverainement les yeux pour voir ce qui vaut d’être regardé….

Alternatiba poursuit son tour de France et rassemble dans différentes villes celles et ceux qui n’attendent pas demain pour faire quelque chose.

La Fraternité, reconnue comme une valeur opposable par le conseil constitutionnel, s’incarne dans de multiples actions.

Fin août se sont réunies à Grenoble plus de 2000 personnes. L’université d’été des mouvements sociaux et citoyens a été co-organisée par plus de 300 collectifs, à l’initiative d’ATTAC (association pour la taxation des transactions financières et l’action) et du CRID (centre de recherche et d’information pour le développement). 5 jours de débats et d’ateliers pour s’informer et se former aux luttes d’aujourd’hui, de l’école à l’éco-féminisme, de l’agriculture raisonnée à la sécurité. »

Présent lors de cette rencontre, l’Institut de la FSU l’est aussi en cette rentrée.
A l’obsession évaluative dont Jean-Michel Blanquer est le héraut, il répond par un ouvrage [1] qui démonte point par point les mécanismes et les effets de Nouveau management public, et montre avec humour comment le scarabée bousier peut enrayer le rouleau compresseur néolibéral.
Pour combattre le recours systématique à l’incarcération, il publie avec le SNPES-PJJ les actes du colloque consacré à l’enferment des mineurs [2].
Présent, pour vous rencontrer à la Fête de l’Humanité, les 14, 15 et 16 septembre à La Courneuve, il participe à la fondation Copernic et prépare deux colloques : l’un sur la radicalisation dans le cadre scolaire et l’autre sur le travail et la formation continue.
Evelyne Bechtold-Rognon

[1Pourquoi joindre l’inutile au désagréable ? Evelyne Bechtold-Rognon, L’Atelier

[2Une vraie alternative à l’enfermement des mineur.es : la liberté !, Collectif, Syllepse

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « L’Institut »