09-12-2017

 | ON A VU

Syndicalisme et santé au travail

Quel renouvellement de la conflictualité au travail ?
L’ambition de ce livre issu d’un colloque organisé en 2015 est de traiter un objet politique d’une actualité brûlante : la santé des travailleurs et travailleuses, en lien avec leur activité professionnelle quotidienne.
Par Yves Baunay et Marie-Hélène Motard membre de l’IRFSU.

Derrière cette question « ce qui se joue en fin de compte, c’est une lutte des classes aux formes renouvelées... mais dont la violence demeure » (page 16).

Pour établir le diagnostic de la situation, où il n’y a pas de vérité scientifique établie, les initiateurs ont pris le parti de rassembler des savoirs accumulés et produits dans différents lieux : la recherche universitaire, l’expertise sur le travail, organisations syndicales dans leur activité notamment dans le champ de la santé au sein des CHSCT. Une des questions posées aux syndicalistes, est précisément leur façon d’intégrer les savoirs produits par la recherche ou l’expertise pour conduire leur activité et asseoir leur légitimité vis à vis des directions d’entreprises comme des salariés. Le livre nous fait comprendre les différentes étapes franchies par les militants syndicaux au sein des CHSCT dans « leur action syndicale sur et à partir du travail dans des organisations qui ont longtemps délaissé ces thématiques de la santé, au profit des salaires et de l’emploi » (page 23). Pour cela il a fallu résister pour ne pas se laisser enfermer dans le discours patronal dominant qui tend à « dépolitiser » les débats, en les réduisant à des questions sanitaires et techniques.

Le résultat inattendu est abordé dans plusieurs contributions, c’est la transformation opérée par la façon de concevoir et de réaliser le travail syndical lorsqu’il investit la problématique du travail réel et de la santé au travail. Cela constitue finalement un défi pour les organisations syndicales qui doivent renouveler leurs manières d’agir. En même temps, c’est une formidable opportunité pour revitaliser le conflit social et refonder leur légitimité sociale et démocratique auprès des salariés. Cela nous fait comprendre l’acharnement du MEDEF et du gouvernement Macron à supprimer les CHSCT.

Pour ma part, j’ai élaboré une contribution à partir de l’expérience acquise au sein du chantier travail de l’Institut de recherche de la FSU. Selon la présentation faite dans l’introduction du livre, cet article « met en lumière un autre aspect des recherches-actions (sur les transformations du travail) : il montre que ce que ces dernières mettent en débat au delà de l’activité des professionnels, ce sont les différentes conceptions du travail syndical ; car en plus d’être inconfortables et déstabilisantes pour les militants qui doivent apprendre à se mettre en situation d’apprentissage, ces nouvelles pratiques syndicales se heurtent à la résistance de certains militants qui, à l’intérieur des organisations, se montrent parfois très critiques envers ce type de démarche... »

Tony Fraquelli, de la CGT cheminots, montre comment, dans l’organisation syndicale elle-même s’opère une sorte de division taylorienne du travail où les problématiques du travail et de la santé au travail sont pensées comme des questions techniques confiées à des spécialistes syndicaux trop peu associés aux débats stratégiques portés par les cadres syndicaux !

Aujourd’hui, il s’agit de reconstruire du collectif pour permettre aux salariés de remettre la main sur l’organisation de leur travail dont ils sont dépossédés. Il est aussi urgent de reconflictualiser les problématiques du travail et de la santé au travail, comme des espaces stratégiques de la lutte de classe. C’est le chemin incontournable pour « repolitiser par le bas » à partir du travail réel, du travail vivant, les questions de santé au travail ».
Comme le rappelle Fabien Gâche de la CGT « les seuls vrais experts du travail ce sont les travailleurs. Ceux qui éprouvent et expérimentent, au quotidien et dans leur chair, le travail réel tel qu’il se réalise concrètement ».
Comment en tirer toutes les conséquences pour le travail syndical ? Cette question est encore trop peu débattue au sein des organisations syndicales, alors qu’elle émerge chez les militants engagés dans les CHSCT notamment.
La lecture de ce livre est l’occasion d’impulser ces débats.

Yves Baunay, Marie-Hélène Motard

( [1])

[1Sous la direction de Lucie Goussard et Guillaume Tiffon Editions du Croquant 2017

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « ON A VU »