Accueil du site  >  L’Institut
09-04-2018

 | L’Institut

Vers la privatisation des parcours scolaires

Erwan Lehoux, membre de l’Institut de recherches de la FSU, auteur de "Payer pour réussir ? Le marché du soutien scolaire", sorti à la fin du mois de janvier aux éditions Syllepse a rédigé la tribune qui suit. Au moment où les étudiant.es se mobilisent contre ParcourSup et plus largement contre la marchandisation du savoir, il nous a semblé opportun de la faire connaitre puisque la presse l’a refusée.

MotivSup, TonAvenir.net… ParcourSup est à peine accessible que, déjà, fleurissent des initiatives privées dont l’objectif est d’accompagner les lycéens dans leur orientation. Faut-il s’en étonner ou y voir la confirmation que les réformes du lycée, du baccalauréat et de l’accès à l’université ouvrent la voie à une privatisation accrue des études ? Laquelle avance de concert avec une financiarisation toujours plus grande de l’éducation, transformée de plus en plus tôt en compétition permanente.

Du marché du soutien scolaire à l’orientation de marché.

La banalisation du marché du soutien scolaire, aujourd’hui organisé de façon quasi industrielle, a marqué le champ éducatif cette dernière décennie. C’est ainsi que les campagnes publicitaires pour de grands organismes comme Acadomia s’affichent ainsi sans retenue dans l’espace public. On estime qu’entre un quart et un tiers des élèves reçoivent, à un moment ou un autre de leur scolarité, des cours particuliers. Mais l’inégal accès à ces pratiques – sur une année scolaire, 27 % des enfants de cadres sont concernées contre 6,5 % des filles et fils d’ouvriers – vient renforcer l’importance des inégalités sociales en matière de réussite scolaire. L’enseignement supérieur n’échappe pas à l’appétit de ces organismes, en particulière dans les filières les plus prestigieuses. La médecine est emblématique de cet effet de la compétition sur le recours au soutien scolaire, qui s’impose à la grande majorité des étudiants en PACES. Dans un contexte où moins de temps et de moyens sont accordés à l’école publique, il n’est guère surprenant de voir les familles aisées utiliser le temps scolaire libéré pour recourir à des services marchands de soutien scolaire. Certains organismes proposent opportunément des formules complètes, incluant la sortie scolaire, le goûter et l’aide aux devoirs. Si, depuis les travaux de Pierre Bourdieu, la sociologie démontrait le poids du capital culturel sur la réussite scolaire, il semble que le soutien scolaire permette aujourd’hui à un certain nombre de familles des classes moyennes et supérieures de convertir leur capital économique en réussite scolaire.

Dans la droite ligne du succès du soutien scolaire marchand, tous les ingrédients semblent désormais réunis pour que le secteur s’ouvre pleinement aux questions d’orientation, généralisant la pratique du coaching scolaire comme certains l’ont déjà nommée. Les réformes du lycée, du baccalauréat et de l’accès à l’université, accroissent en effet les enjeux du lycée. Non seulement, la compétition entre les élèves sera d’autant plus intense qu’ils seront en concurrence pour obtenir la filière de leur choix à l’université mais, de surcroît, les choix d’orientation seront, dès la seconde, plus déterminants pour la suite de leur parcours. Pour les lycéens, l’enjeu sera d’être capable de se projeter au plus tôt et de déployer les stratégies adéquates, au regard des fameux attendus, afin de se positionner au mieux dans le vaste marché de l’enseignement supérieur.

Affaire de stratégies et stratégie des affaires.

Des acteurs privés issus d’horizons divers, dans un mélange des genres parfois le plus complet, n’ont pas tardé à s’engouffrer dans la brèche. Une conférence récente, dans le cadre du dispositif « O21 / S’orienter au 21e siècle » [1] dans lequel est impliqué le journal Le Monde, donne le ton. Derrière des apparences progressistes, le discours qui est véhiculé fait écho à celui de la « Start-up Nation ». Les six thématiques retenues lors de la conférence qui s’est tenue à Lille les 19 et 20 janvier 2018 sont révélatrices : choisir, anticiper, se former, créer, oser, se réaliser.

Dès lors, on ne s’étonnera pas de retrouver, parmi les partenaires du dispositif, la société Orange ainsi que de grandes écoles privées dont l’ICN Business School. Stéphane Boiteux, ancien Directeur général et Doyen de cette école de commerce salue la création de ParcourSup en ces termes : « Le Gouvernement a fait un choix audacieux, celui de donner aux lycéens la responsabilité de leur orientation et donc celui du choix » [2]. Il poursuit : « La situation est enthousiasmante mais elle requiert une vigilance accrue. Les élèves de Terminale vont devoir être accompagnés, non seulement pour finaliser leurs choix […] mais surtout pour « dire » ce qui les motive à faire justement tel ou tel choix ». Et de mettre en ligne, quelque temps plus tard, le service MotivSup, dont le concept est ainsi résumé : « Pour ne pas subir une orientation dictée mais pour prendre le temps de la réflexion, conscient de vos forces et de vos compétences personnelles, nous avons élaboré une méthode qui vous permet de tester 10 aptitudes privilégiées. Ces 10 compétences clés ont été identifiées par le Word Economic Forum. Elles sont considérées comme les compétences complexes et les attitudes indispensables pour réussir dans le monde professionnel en 2025 » [3].

La privatisation des parcours scolaires est bel et bien en marche. La prise en charge de l’accompagnement des élèves par des organismes marchands va de pair avec la transformation fondamentale de l’orientation en un apprentissage de la rationalité néolibérale. En confiant aux lycéens et à leur famille la responsabilité de leur réussite et de leur employabilité future, l’effet performatif des réformes en cours est particulièrement redoutable. Lycéens, à vos marques… et à vos portefeuilles !

[1Voir en ligne : http://www.lemonde.fr/o21/

[2« Admission Post Bac est mort, vive Parcoursup ! », article publié par Stéphane Boiteux sur son profil Linkedin le 14 janvier 2018.

[3« La genèse », article publié sur la page Facebook, de MotivSup le 11 janvier 2018.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « L’Institut »