Accueil du site  >  Publications  >  Regards croisés  >  La revue - n°51  >  Articles
16-03-2011

 | Publications

dossier : présentation

La révolution des âges.
Tous ceux qui ont participé aux immenses manifestations de l’automne 2010 contre la « réforme » des retraites ont été frappés par un fait nouveau : la diversité des âges des manifestants, et plus encore leur étroite conjugaison.

Le fait que les sexagénaires bénéficient majoritairement d’une qualité et d’un niveau de vie inédits a conduit le gouvernement à chercher à opposer les générations. Les jeunes souffriraient du chômage et de la précarité par la faute de leurs aînés, qui profiteraient au contraire de privilèges indus. Cet argument de l’équité a été tout particulièrement mis en avant en France à l’occasion de la « réforme » du système des retraites, qui a cherché à se présenter comme un rééquilibrage. Mais force est de constater que cet argument n’a pas pris. Bien au contraire, les jeunes ont massivement défilé aux côtés de leurs parents et grands-parents. Pour la première fois peut-être, la rue a donné à voir les nouveaux rapports de solidarité et de continuité entre les âges. Les 15-30 ans savent bien que leurs parents et grands-parents ne sont pas des nantis. De plus, leur vie d’étudiant ou de jeune travailleur précaire est la plupart du temps rendue possible et supportable grâce à l’aide matérielle que leur apportent les générations précédentes, se substituant ainsi à la force publique totalement défaillante dans ce domaine. C’est pourquoi ce mouvement a peut-être été le premier mouvement social totalement intergénérationnel, les jeunes venant par exemple demander sans états d’âme l’aide des services d’ordre des organisations syndicales adultes.
A rebours de la tentative idéologique du gouvernement d’opposer et de diviser les âges, le mouvement social sur les retraites révèle une forme de révolution des âges, où chaque âge prend un nouveau sens, la jeunesse comme la vieillesse, où le sentiment de faire partie du même camp, d’appartenir au même corps, s’accompagne de la certitude que toute lutte ne peut être que collective.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable

Voir tous les articles « Articles »