Accueil du chantier  > Production  > Travaux de recherche en cours  > Divers

L’école et ses critiques

projet d’article pour NOUVEAUX REGARDS

Article pour N.R.

L’École et ses critiques

Dernier né des chantiers de l’Institut de Recherche de la F.S.U., « L’École et ses critiques » se propose d’analyser non pas le fonctionnement du système éducatif français mais la rhétorique qui l’enveloppe, non pas « les faits d’école » mais ses « dits ».

Trois enjeux principaux structurent notre travail :
en premier lieu, la recherche vise à circonscrire les thèmes significatifs contenus dans les « discours » (1) portés sur l’École française, en mettant à jour les éléments de renouvellement des discours critiques du siècle dernier et, plus encore, les éléments du 21ème siècle des discours nouveaux qui hiérarchisent et articulent différemment les jugements passés ;
en second lieu, la recherche vise à identifier les éléments qui confèrent un poids particulier à tel ou tel de ces discours. L’hypothèse est que le discours sur l’école reçoit davantage sa légitimité d’analyse de sa place dans le débat public général que de sa pertinence éducative ;
en troisième lieu, la recherche vise à analyser la façon dont l’institution scolaire « entend » et intègre ces discours critiques. L’hypothèse est que l’école, qui semble parfois chercher à se prémunir contre les opinions au nom de sa spécificité institutionnelle, est plutôt désarmée devant sa mise en question sociétale.

Les champs d’investigation

Idéalement, le chantier aurait dû embrasser l’ensemble du discours médiatique, les productions scientifiques, les essais, les témoignages ainsi que les publications militantes. Même avec les limites que nous nous sommes fixées : temporelle (la décennie 2000-2009) et thématique (les discours « généralistes » sur le système éducatif), la faisabilité de la recherche impliquait des resserrements. S’agissant des médias, le chantier a choisi de centrer son travail sur l’examen systématique de la presse écrite généraliste quotidienne, parue en 2009. Dans les neuf quotidiens nationaux traités : La Croix, Les Échos, Le Figaro, France-Soir, L’Humanité, Libération, Le Monde, Le Parisien, La Tribune, ont été retenus les articles, brèves et encadrés portant à titre principal sur les sujets scolaires et universitaires. Ainsi délimité, le corpus comprend près de 5000 articles, brèves et encadrés. (2) S’agissant des « ouvrages » à caractère scientifique, après une première sélection de 200 ouvrages (parmi lesquels 50 ont fait l’objet d’une analyse qualitative), nous avons procédé à un recensement plus systématique, établi grâce à la base universitaire SUDOC (12000 ouvrages). Nous chercherons, avec l’aide du Syndicat National de l’Édition, à valider ce répertoire(3). La mise à l’écart des manuels scolaires, des ouvrages de didactique spécialisée, des thèses universitaires non éditées aboutit à un corpus provisoire de 3000 titres. L’extension aux essais, témoignages, œuvres de fiction devrait amener à un nombre de références comparable aux corpus Presse. C’est à partir de cet ensemble que nous construirons « un échantillon représentatif » d’ouvrages dont nous analyserons plus précisément les rhétoriques.

S’agissant des publications « militantes », la volonté de prendre en compte l’ensemble des groupes ou institutions intervenant, plus ou moins directement, dans le débat éducatif a conduit à retenir 33 « acteurs ». Pour l’essentiel, ces acteurs relèvent des syndicats, des associations d’usagers (parents, lycéens, étudiants), des mouvements pédagogiques ou périscolaires, des employeurs et des partis politiques. (4) Seules seront prises en compte les publications « officielles » de ces organisations, parues en 2009. L’analyse portera essentiellement sur les éditoriaux et les sommaires.

Interrogations multiples…

Chacun de ces champs fait naître des interrogations multiples et spécifiques.

Le travail engagé sur les ouvrages scientifiques amène à une première interrogation sur l’importance du corpus lui-même, sur sa progression constante, sur cette sorte d’inflation des publications sur l’École. Il appelle un examen du poids respectif des différents domaines disciplinaires, de la place des approches pluridisciplinaires, du lien entre recherche, expertise, témoignage.

Il s’agit de rendre visibles les préoccupations portées par ces ouvrages, leurs dominantes thématiques (la part faite à la violence ou aux handicaps, par exemple). Nous interrogerons enfin leur diffusion, la façon dont ils pénètrent le monde de l’éducation et, notamment, dont ils irriguent la formation des maîtres, ainsi que leur contribution au débat scolaire.

Le travail entrepris sur les publications militantes concentre sa réflexion sur le statut, le rôle, le niveau d’implication de « l’acteur » scolaire. Professionnels de l’École, usagers, bénéficiaires de l’action de formation, membres des institutions… seront appréhendés à partir du lien qu’ils entretiennent avec le système éducatif, de leur représentation de l’École, de la manière dont ils articulent leur intérêt propre avec l’intérêt général, des formes de leur engagement.

Le travail sur la presse repère l’existence de « séquences narratives », clairement constituées et identifiables : séquences scolaires (réforme du lycée, modification du fonctionnement pédagogique du premier degré ; révision du statut des enseignants-chercheurs) ; séquence sociétale (la JEUNESSE constituée en objet politique sarkozien) ; séquence sociale (à partir du mouvement interprofessionnel du 29 janvier, décidé par le « G8 »). Le suivi de ces séquences sur l’ensemble de l’année 2009 et l’analyse de leurs variations de contenu, d’intensité, de hiérarchisation, fournissent un fil conducteur significatif. Parallèlement a été construite une grille de lecture des dominantes thématiques transversales : IMAGE DONNEE de l’École par la presse (l’analyse systématique du vocabulaire des titres se révèle, ici, un outil précieux pour cerner une image massivement dépréciative ou conflictuelle) ; DISCOURS DE LA REFORME, généreusement relayée par la presse (et faisant du degré de réformabilité le produit de caractéristiques des groupes sociaux concernés et non du contenu objectivé des réformes et des méthodes gouvernementales réformatrices) ; ACTEURS sélectionnés et légitimés pour occuper la « scène scolaire » ; MOUVEMENTS SOCIAUX ponctuant l’actualité éducative ; FINALITES DE L’ÉCOLE retenues par la presse pour fonder sa grille normative de lecture des faits scolaires (de façon, le plus souvent, plus implicite qu’explicite).

…et questionnement partagé

Les spécificités de ces interrogations, liées aux caractéristiques des trois corpus retenus et aux particularités des discours produits, sont une donnée. Mais nous entendons – c’est le sens même de la démarche du chantier « l’École et ses critiques » – comparer, confronter, croiser ces discours, à partir d’un questionnement principal commun. Pour des raisons liées à la vie interne du chantier, l’analyse de la presse a connu un développement plus rapide que celle des deux autres corpus. Elle a effectivement abouti à un questionnement qu’il nous a semblé possible d’appliquer aux trois corpus, au moins à titre d’hypothèse. Ce questionnement porte sur :
l’existence d’un « POSTULAT DE CRISE » de l’institution scolaire, porté ou non par les discours médiatiques, scientifiques, militants, et sur « les « SYMPTOMES » retenus pour le fonder ;
les liens entre la crise scolaire et la crise globale ;
les « EVIDENCES EXPLICATIVES » avancées, de façon évidemment différentes ;
le« CASTING SELECTIF » des acteurs et des groupes bénéficiant d’un droit de cité dans le champ scolaire (6) ;
la place donnée aux « CONFLICTUALITES NOUVELLES », dans un secteur encore fortement structuré par les formes classiques d’interventions sociales ;
le devenir que semble prédire ou promettre les discours étudiés : « DECLIN OU MUTATION » du système éducatif ?

Consacré à la démarche d’une recherche en cours et s’interdisant donc de présenter ses premiers résultats, cet article appelle d’autres rendez-vous à venir avec le lecteur et les organisations syndicales sous des formes que l’avancée de la recherche déterminera. Nous l’accompagnons d’un désir de confrontations avec des recherches voisines et de contributions de la part des chercheurs et des militants intéressés. Pour nous, ces échanges sont décisifs.

Gérard Blancheteau, Danièle Czalczynski Michel Deschamps

N. B.

(1)« Discours » définis d’emblée par le chantier comme « traitements raisonnés et construits portant jugement critique sur la nature et le rôle de l’institution scolaire, aujourd’hui » (2)Les entretiens en cours avec des journalistes devraient nous permettre d’approfondir les relations Médias – École. Le web, la presse régionale, l’audiovisuel seront interrogés de manière sélective. (3)Nous tenons à rendre hommage à Jacky Beillerot, professeur en sciences de l’éducation et auteur, dans le cadre du Centre de recherche en Éducation et Formation de l’Université Paris X, d’un inventaire de 8266 ouvrages sur l’éducation, publiés en France entre 1945 et 1995. (4)Cf. sur le site du chantier, la liste des 33 « acteurs ». (5)La façon dont les médias choisissent les personnalités ou les groupes sociaux, légitimés à dire le débat scolaire, est très représentative d’une « imposition polémique » privilégiant les affrontements entre groupes (ministre – syndicats), entre concepts (Républicains – Pédagogues), entre comportements (Modernistes – Conservateurs).

PAVE1 Le chantier est co-animé par Michel Deschamps, Danièle Czalczynski et Gérard Blancheteau, avec la participation d’Yves Baunay, François Bouillon, Marylène Cahouet, JP. Garel, Philippe Mazereaud et avec le concours de G. Langouët qui a accepté d’être le chercheur référent du chantier. Celui-ci bénéficie également des appuis et conseils de André Robert, Stéphane Bonnery et Bruno Garnier.

PAVE 2 site du chantier www.insitut.fsu.fr.blogchantiers Ce site rend compte des travaux en cours, des réunions et rencontres du chantier. Il est un outil de dialogue puisqu’il donne la possibilité aux visiteurs de réagir. Il permet d’accéder à un fond documentaire et d’entrer en contact avec les institutionnels de la recherche : GFEN, INRP... Dans la rubrique TRAVAUX EN COURS sont publiées les contributions qui ont permis la rédaction de cet article.

Envoyer à un ami  Version imprimable de cet article Version imprimable