15-06-2018

 | A LA UNE

Dilemmes français – Syndicalisme et politique : liaison dangereuse ou tragédie moderne ?

Depuis la charte d’Amiens et même avant, le mouvement syndical français a toujours eu beaucoup de difficultés à définir son rapport à la politique. On a oscillé dans un certain nombre de cas entre rejet pur et simple et subordination, rivalité et courroie de transmission… Cela a profondément marqué un paysage syndical français qui s’interroge toujours sur la façon de sortir de ces dilemmes. Mais peut-être faut-il éclaircir de quoi on parle lorsqu’on évoque la politique. Lire la suite

15-06-2018

 | A LA UNE

La Fonction Publique : une idée d’avenir

Face à la volonté gouvernementale d’imposer des mesures qui de fait contournent le statut des fonctionnaires, voire le vident de sa substance et qui mettent à mal les services publics, il est indispensable de rappeler en quoi le choix du service public est un choix de modernité et d’affirmer que la fonction publique n’est en rien archaïque ou figée : elle est la condition de services publics garantissant à chacun de nous l’effectivité de nos droits. Parce que c’est l’affaire tous nous voulons défendre son utilité et son rôle dans la société et en appeler à un véritable débat Lire la suite

15-06-2018

 | GRAPHIQUE

Que pèse réellement l’extrême droite en Europe ?

Lefigaro.fr a compilé les résultats de plus de 250 élections sur ces 15 dernières années. Analyse d’un phénomène électoral à l’échelle continentale. Julien Licourt Published in Le Figaro.
Une enquête saisissante sur 17 années. Pour expliquer le phénomène, l’article est ponctué par les décryptages du chercheur Nicolas Lebourg, spécialiste des extrêmes droites, chercheur associé au CEPEL membre de l’Observatoire des radicalités politiques. Il est l’auteur, avec Jean-Yves Camus, du livre Les Droites extrêmes en Europe, paru en 2015. Lire la suite


15-06-2018

 | L’Institut

Le billet de la présidente

Ce lundi 18 juin 2018, 750000 candidat.es entameront les épreuves écrites du baccalauréat, et parmi ceux-là, 74 % débuteront cette semaine d’épreuves par la philosophie.
Les autres sont les lycéen.nes de section professionnelle, qui sont depuis le début privés d’un enseignement d’initiation à la philosophie. Pourquoi, au nom de quoi considère-t-on que certain.es élèves ne sont pas dignes, ou pas capables, d’avoir accès à un travail d’analyse des concepts, de déconstruction des préjugés et d’élaboration d’une argumentation rigoureuse ? Lire la suite


15-06-2018

 | L’Institut

Ouvriers de Lorraine

Jean-Claude MAGRINELLI un militant du SNASUB en Lorraine, aujourd’hui retraité, vient de publier le second tome de son ouvrage Ouvriers de Lorraine (1936-1946) (éditions Kairos). Sa Recherche porte sur les dix années qui changèrent la Lorraine. De 1936 à 1946 se sont succédé trois régimes, une IIIème République finissante, un Etat français collaborant avec l’occupant et une IVème République naissante. L’auteur a consulté, cinq années durant et par dérogation, l’ensemble des archives de cette période, quelles soient d’origine préfectorale, judiciaire, policière, française et allemande. Lire la suite


15-06-2018

 | L’Institut

Le point de vue de l’activité dans le travail : un point aveugle dans le travail syndical ?

Trois auteurs de livres ou d’articles, Thomas Coutrot (ATTAC), Marie-Anne Dujarier (sociologue du travail), Yves Schwartz (philosophe, inventeur de l’ergologie : l’étude de l’activité) ouvrent un débat et interpellent les syndicalistes sur ce que l’on désigne par le mot travail.
Ils nous proposent de réfléchir et de débattre sur la façon dont chacun.e de nous se représente conceptuellement et pratiquement le travail humain dans son activité professionnelle, syndicale, politique... Lire la suite


15-06-2018

 | ON A VU

La dette, arme de dissuasion sociale massive

L’économiste Jacques Rigaudiat déconstruit avec efficacité l’idéologie de la dette.
Comment et quand en sommes-nous arrivés là ? Comment ce qui était le champ du débat démocratique, et qu’on nommait politique, a-t-il soudain été remplacé par une comptabilité vétilleuse jalonnée de « reportings », d’évaluations et de contrôles de gestion qui infantilisent les peuples ? À ces questions, l’économiste Jacques Rigaudiat, qui fut conseiller social de Jospin et de Rocard, apporte des réponses d’une grande clarté. Le tour de passe-passe s’opère autour du concept de dette. Et le grand tournant est l’entrée en vigueur du traité de Maastricht, en 1993, qui a transformé en code disciplinaire le nouveau rapport de force résultant de la mondialisation. Lire la suite